Rucher de la Colline du Paradis
2011 - 2013
En collaboration avec Terra Prima.

La vie de l’abeille s’organise autour de la lumière et de la chaleur. Depuis la nuit des temps, l’abeille a co-évolué avec son milieu pour maintenir une cohérence parfaite entre sa vie, sa colonie et son territoire.

Abeilles-5
Abeilles-6
Abeilles-7

 

46°37'11.4"N 6°34'45.9"E
46.619843, 6.579402   [►►► Voir map]

Le Terrain « colline du Paradis » - commune de Bettens
Le terrain choisi pour notre rucher expérimental est abrité des vents. Exposé au sud, il bénéficie d’un maximum d’ensoleillement.

Ce lieu offre les caractéristiques d’un agro-écosystème s’inscrivant dans un paysage bien structuré. Il contient toutes les strates de végétation permettant un étalement des miellées sur toute la saison tout en offrant à l’abeille l’ensemble de ses ressources vitales (eau, pollen, nectar, miellat, propolis).

Le but du projet « Abeilles » est de faire de cet emplacement un site témoin pouvant permettre de répondre aux nombreuses questions touchant au mystère de la vie des abeilles ainsi que de mettre en place un système de référence cohérent pour des échanges avec les différentes institutions enquêtant sur le sujet de la mortalité des abeilles.

 

 - Lignes directrices



 Installation de 5 ruches « classiques » d’une ruche corbeille et d’une ruche « tronc ».
 Réunir et concentrer toutes les qualités utiles aux colonies dans un rayon de quelques centaines de mètres autour du rucher.
 Favoriser l’exploitation sur un mode extensif (prairies, jachères, lisières).
 Permettre la valorisation des produits de la ruche tels que miel, pollen, cire et propolis.
La connaissance de l’historique des lieux (4 décennies) permet une réhabilitation du paysage dans les formes et les composantes traditionnelles, permettant à l’abeille de garder ses repères.

En fin de compte, il s’agit bien de réunir sur le lieu toutes les qualités favorables à l’abeille afin que son instinct puisse activer en permanence ses mémoires par l’utilisation des possibilités que lui fournit son environnement.

 - Partenariat apicole



Depuis son apparition, l'abeille, pollinisatrice infatigable, a grandement contribué à la reproduction, à l'évolution et à la diversification du règne végétal. La précarité actuelle des populations de cet insecte social, en fait à son tour un précieux bio-indicateur de nos milieux de vie.

Le projet de parrainage se fait un point d'honneur de soutenir les projets de recherche apicole de Terra Prima sous la conduite de M. Christophe Perret-Gentil sis à Bioley-Orjulaz.

Bioley-Orjulaz, le 20 juillet 2011

 - Objectifs et enjeux



 Installer un rucher expérimental sur un site particulièrement favorable : « La Colline du Paradis » (Commune de Bettens);
 Redonner ses lettres de noblesses à l'Abeille par la mise en place d'un concept d'apiculture douce, permettant de réunir les meilleures conditions pour le développement optimal de son cycle vital;
 Étudier et veiller à l'échelonnement des floraisons et des miellées dans le rayon de butinage des abeilles;
 Assurer des travaux d'entretien (fauche et débroussaillage) en coordination avec les différents acteurs des lieux afin de favoriser les plantes mellifères et enrichir la biodiversité du site;
 Apporter un nouvel éclairage sur le rôle des maladies/parasitoses, révélateur de la fragilisation du métabolisme de l'abeille et de son environnement;
 Sensibiliser et informer les intervenants des différents milieux aux enjeux liés à l'abeille.

 - Thèmes des études et recherches


 La conduite respectueuse du rucher pour l'établissement d'un cahier des bonnes pratiques apicoles helvétiques dans le respect du cycle de l'abeille.
 Un environnement sain pour les abeilles par l'inventaire et la répartition du panel floristique et de la phénologie des plantes indispensables au développement des colonies d'une saison à l'autre (conditions minimales à respecter et comparaison avec d'autres ruchers).
 Des mesures pour favoriser la vie sociale de l'abeille et son autonomie (sans artificialisation des conditions d'élevage);
 La mise en place de traitements antiparasitaires peu invasifs et bien tolérés par les colonies;
 Des échanges avec d'autres institutions de recherche (Fischermühle Imkerei, AGNI, Apiculture biodynamique...).